Accueil » Agenda, Section adulte

Club de lecture – Lundi 17 février 2020 de 14h à 15h30

Pas encore de commentaire

Club de lecture

Lundi 17 février de 14h à 15h30

 

À l’initiative d’une de nos lectrices, un club de lecture adultes s’est formé à la Bibliothèque.

Il se réunit tous les mois, pour échanger pistes, idées de titres, coups de cœur, lectures d’extraits…

 

Compte-rendu du club de lecture du 13 janvier 2020

Anne-Françoise commence avec Le cœur de l’Angleterre. Comment en est-on arrivé là ? C’est la question que se pose Jonathan Coe dans ce roman brillant qui chronique avec une ironie mordante l’histoire politique de l’Angleterre des années 2010. Il décrit la division sociale (plutôt que politique) que le Brexit entraîne au sein d’une famille. Ce n’est pas son meilleur livre mais il permet d’éclairer ce qui s’est passé si on n’a pas suivi l’actualité de près.

Cécile trouve qu’il faut avoir le cœur bien accroché pour lire Le mangeur de livres de Stéphane Malandrin. Un roman récent. L’histoire se passe à Lisbonne, fin 15ème siècle. Deux petits garnements sont attrapés par un curé qui les enferme dans la crypte de son église et se promet de les éduquer à coups de claques. L’un des enfants trouve un vieux codex écrit sur le plus fin vélin et, se voyant mourir de faim, le mange en entier. Le livre était empoisonné : voilà l’enfant condamné à hanter les bibliothèques de la ville à la recherche d’autres précieux codex. Il n’aura de cesse de les mettre en charpie et de les dévorer, devenant ainsi le Mangeur de livres, celui dont tout le monde veut la mort. Une écriture truculente, pleine d’imagination débordante.

Alexandre Jardin revient sur le tapis avec Le roman vrai d’Alexandre. Un aveu sur sa vie, ses déboires. Un homme en recherche de lui-même, désireux de dire la vérité et faire tomber les masques. Agréable à lire, richesse de vocabulaire. Geneviève lit quelques extraits.

Carine présente L’antiquaire des Marolles de Muriel Monton, un polar qui la plonge dans des lieux qu’elle reconnaît et où elle prend plaisir à lire des expressions typiques et truculentes de Bruxelles. L’histoire se passe à l’époque de l’affaire Dutroux. Un riche antiquaire est retrouvé mort. Un homme autour duquel gravitaient des âmes bienveillantes mais aussi des personnages cruels. Au fil des bières consommées aux comptoirs des cafés, l’enquêteur décide de ne pas se fier aux apparences.

Ne vous laissez pas refroidir par le titre Article 353 du code pénal de Tanguy Viel, nous dit Edith, qui a beaucoup apprécié ce roman. Kermeur, ancien ouvrier de l’arsenal de Brest a tué Antoine Lazenec, à bout, suite à une monstrueuse escroquerie immobilière, il a tout perdu. L’accusé raconte comment il en est arrivé là. Et le juge silencieux, écoute, prend parfois la parole pour aller aux tréfonds de Kermeur, semblables à ceux de l’océan. Que sortira-t-il de cette confession, de ce huis-clos ? Voilà ce vers quoi ce roman puissant nous embarque, sans nous lâcher, jusqu’à la surprise finale, qui donne tout son sens à son titre.

Eva est plongée dans La route des Flandres. L’auteur, Claude Simon, choisit pour cadre quelques heures d’une nuit après la guerre, au cours de laquelle les époques et les événements se confondent dans la mémoire du cavalier Georges : Le désastre de mai 1940, la mort de son capitaine à la tête d’un escadron de dragons, son temps de captivité, le train qui le menait au camp de prisonniers, etc. Le fil de cette longue et foisonnante remémoration demeure le décès du capitaine de Reixach : suicide ou mort accidentelle ? Georges devra remonter jusqu’à Corinne, la veuve de ce dernier, pour trouver peut-être une réponse. Difficile à suivre car roman anachronique et parfois une phrase sans ponctuation sur trois pages. Mais belles métaphores.

Gérard a apprécié Oublier Klara d’Isabelle Autissier, navigatrice qui a fait le tour du monde en solitaire, mais aussi grande connaisseuse des oiseaux. Un ornithologue vient assister aux derniers instants de son père. Seule une énigme le maintient en vie : alors qu’il n’était qu’un enfant, Klara, sa mère, chercheuse scientifique à l’époque de Staline, a été arrêtée sous ses yeux. Qu’est-elle devenue ? L’absence de Klara, la blessure ressentie enfant ont fait de lui un homme rude. Avec lui-même. Avec son fils Iouri. Le père devient patron de chalutier, mutique. Le fils aura les oiseaux pour compagnon et la fuite pour horizon. Iouri s’exile en Amérique, tournant la page d’une enfance meurtrie. Mais à l’appel de son père, Iouri, désormais adulte, répond présent : ne pas oublier Klara ! Lutter contre l’Histoire, lutter contre un silence. Quel est le secret de Klara ? Peut-on conjurer le passé ? En extra, de la part de Gérard, le Top 20 de Babelio pour l’année 2019. Beaucoup de livres présentés s’y retrouvent.

Prochaines dates : 17 février, 16 mars, 20 avril, 18 mai, et 15 juin.

A bientôt,
Bonnes lectures !

Anne-Françoise et Edith

Laisser un commentaire

Nous vous encourageons à garder une conversation courtoise et centrée sur le sujet de l'article.

Merci d'avance pour votre contribution.